Comment observer les oiseaux avec son piège photographique ?

Un piège photographique est très pratique pour observer la faune sauvage. Cet appareil a l’avantage de pouvoir fonctionner seul, de façon automatique, sans que l’homme n’ait besoin d’intervenir. Les animaux se font ainsi photographier sans être perturbé par la présence humaine. Avec un piège photographique, vous obtenez des enregistrements réalistes sur le comportement des animaux sauvages. La qualité des images est souvent au rendez-vous avec une netteté surprenante, de jour comme de nuit.

Les oiseaux font partie des animaux les plus observés. Il en existe de nombreuses espèces : rapaces, petits oiseaux nicheurs, échassiers, oiseaux marins… Le piège photographique s’avère être un outil parfait pour l’observation des oiseaux : comptage de nombre d’individus, couleur du plumage, détails anatomiques, comportement social… Comment observer les oiseaux avec son piège photographique ? Pour réussir vos prises de vue, de nombreux éléments doivent être pris en compte. Cela dépend de l’espèce observée, de son habitat, mais aussi de votre appareil et de ses caractéristiques. Explications dans cet article.

Les caractéristiques du piège photographique pour l’observation des oiseaux

Que vous soyez passionné d’ornithologie ou simple photographe amateur, vous devez opter pour du matériel qui soit adapté à l’observation des oiseaux. Voici les principaux critères à prendre en compte dans le choix de votre piège photographique.

Vitesse de déclenchement et temps de récupération

De manière générale, les oiseaux sont des animaux plutôt farouches. Si certaines espèces comme les rapaces sont des prédateurs, de nombreux petits oiseaux se révèlent être des proies pour les mammifères et d’autres oiseaux. Cela se retrouve dans leur comportement : le moindre bruit ou le moindre mouvement les fait fuir. Par conséquent, la vitesse de déclenchement de votre appareil doit être optimale, si possible inférieure à 0,5 seconde. Au-delà de cette valeur, il est plus difficile de réussir vos photos avec ces animaux particulièrement rapides. Il en est de même pour le temps de récupération, qui doit être le plus court possible.

Flash et éclairage

Dans le cadre de l’observation des oiseaux, il vaut mieux éviter le flash à lumière blanche. Celui-ci a tendance à effrayer les oiseaux, qu’il s’agisse de moineaux ou d’espèces rares plus imposantes. Il est donc conseillé d’utiliser un flash infrarouge, qui est discret et qui n’influe pas sur le comportement des espèces observées. Préférez un flash IR no glow, qui n’émet aucune lueur et passe ainsi totalement inaperçu. De plus, il faut savoir qu’un flash IR est invisible pour les hommes.

Si vous décidez d’installer votre appareil dans une région habitée, vous diminuez le risque que votre appareil soit repéré et volé. Dans la mesure du possible, lors de vos observations en journée, privilégiez la lumière naturelle pour réaliser vos photos lorsque le temps est ensoleillé.

Détection

Ce critère dépend surtout des espèces et du type d’habitat que vous souhaitez observer. Si vous voulez observer un moineau, une mésange ou une tourterelle près des mangeoires installées dans votre jardin, vous n’avez pas besoin d’un appareil grand angle. Une caméra de chasse avec un capteur PIR de 60° est amplement suffisante. Il en est de même pour l’observation des oiseaux nicheurs et des oiseaux des marais tels que le héron ou le canard. Si vous êtes passionné par les oiseaux migrateurs et les rapaces, il vaut mieux prévoir un détecteur grand angle avec une longue portée, en particulier si vous souhaitez les photographier lorsqu’ils volent.

Apparence et design de l’appareil

Les pièges photographiques se déclinent en différents coloris : vert, camouflage, urbain, noir… Pour l’observation des oiseaux, la discrétion est de rigueur. Préférez une caméra de chasse au design vert ou camouflage, afin que celle-ci passe inaperçue dans l’environnement naturel. SI vous souhaitez observer les oiseaux qui nichent en ville, un piège photographique au design urbain est particulièrement approprié.

Système de fixation

Placement d'un piège photographique sur un arbre
La sangle de fixation permet de s’accrocher facilement autour d’un arbre

Pour observer les oiseaux en forêt, l’idéal est d’utiliser une sangle de fixation. Vous pouvez ainsi accrocher votre caméra de chasse sur une branche ou sur le tronc d’un arbre. Pour créer un poste d’observation dans une zone ouverte telle qu’une prairie, une clairière ou zone côtière, vous pouvez aussi fixer votre piège photographique sur un trépied. Dans le cadre d’une observation près de votre maison, il est tout à fait possible d’attacher votre piège photographique sur un support mural.

Où placer votre piège photographique ?

Pour augmenter vos chances de réaliser de belles prises de vue, il convient de placer votre appareil dans des lieux stratégiques. Repérez tout d’abord les indices qui trahissent la présence d’oiseaux sur une zone. Ils construisent des nids à partir de brindilles ou de terre, comme les hirondelles. Les rapaces nocturnes comme les hiboux ou les chouettes produisent des pelotes de réjection constituées des restes de leurs proies. D’autres traces comme des plumes ou des fientes indiquent la présence d’oiseaux sur ce lieu.

Installez votre piège photographique assez loin de la zone à observer, en fonction de la portée du capteur. Assurez-vous de bien fixer votre appareil afin qu’il ne se décroche pas. Accrochez-le suffisamment haut pour ne pas que d’éventuels animaux terrestres viennent le détériorer.

Un pic nourrissant son oisillon dans un arbre
Regarder les débris et déjections au sol permet de repérer ce qui se passe en haut.

Effectuez quelques tests pour peaufiner vos réglages et vérifiez le niveau de votre batterie, afin que l’appareil fonctionne le plus longtemps possible. Une fois que votre caméra est prête, quittez les lieux et ne revenez pas trop souvent pour éviter de perturber les oiseaux.

3 superbes sites pour observer les oiseaux en France

Voici trois lieux incontournables pour l’observation ornithologique :

  • la baie de Somme, une région côtière qui abrite notamment une grande réserve naturelle. Vous pouvez y observer de nombreux oiseaux marins et limicoles : mouettes, échassiers, canards, sternes…
  • le parc national des Cévennes possède une réserve naturelle au cœur d’impressionnants paysages constitués de gorges et de falaises. C’est le royaume de nombreux rapaces, comme le vautour moine.
  • la réserve du Teich se trouve en Gironde. C’est une zone constituée de forêts, de marais et de côtes sableuses. Les oiseaux emblématiques de cette région sont les cormorans, les petits échassiers, les hérons et de nombreux canards.

Il est important de savoir que certains lieux sont soumis à une réglementation concernant l’installation d’une caméra. Pour obtenir l’autorisation de pouvoir installer et utiliser votre piège photographique, vous devez vous renseigner auprès de la réserve, de l’ONF ou de la préfecture dont la région dépend.

Conclusion

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour réussir vos observations d’oiseaux. Soyez patient, ce sont des animaux craintifs qui ne se laissent pas facilement photographier. Si vous débutez dans le monde des pièges photographiques, n’hésitez pas à vous entraîner dans votre jardin en prenant des photos d’espèces locales.

Laisser un commentaire