Asturies

Asturies

Asturies

Au nord de l'Espagne, blotti entre la Cantabrie et la Galice, le littoral asturien n'en revendique pas moins son identit√© celte remontant √† la nuit des temps. Entre la ria de Tina Mayor √† l'est et la Pointe de la Croix √† l'ouest, criques, estuaires, ports et plages s'√©chelonnent sur environ 250 kilom√®tres de c√īte baign√©e par la mer cantabrique. Dans cette merveilleuse "Principaut√©" espagnole, il y a le bleu de la mer et le vert de la montagne. Ce petit paradis √† peine grand comme deux d√©partements bretons, associe le charme d'un air de Galice et de Bretagne √† la majest√© du grand site des "Picos de Europa". C'est √† Covadonga, qu'√† l'or√©e du VIII√®me si√®cle, le Roi Pelayo √©crasa l'invasion des arabes. Reconqu√™te oblige, ce n'est que sept si√®cles plus tard que le "Royaume d'Oviedo" vit sa reconnaissance accept√©e. Capitale asturienne forte de ses 240.000 habitants, Oviedo est d√©sormais inscrite au patrimoine mondial de l'humanit√©. L'architecture pr√©romane y est partout pr√©sente avec de splendides √©difices religieux comme l'√©glise de "San Isidore" situ√©e au coeur de la ville pi√©tonne. Woody Allen en a fait un bel √©loge: "Oviedo est une ville d√©licieuse, exotique, belle, propre, agr√©able, tranquille et pi√©tonne. C'est comme si elle n'existait pas...comme un conte de f√©es.". Gijon, magistrale cit√© historique associe le beau √† l'authentique. Dans son port, la plaisance, le commerce et le tourisme vivent en harmonie. Les ports de p√™che de Luarca et Ribadesella tiennent du Guilvinec et de la Turballe en Bretagne. Les m√™mes chinchards et rougets font partie de la p√™che du jour. La cri√©e ouverte √† tous, y rec√®le de poissons frais et remuants du matin. Certes, le bord de mer avec ses ports et ses plages restent toujours sources d'inspiration, mais en Asturies, impossible de r√©sister √† l'appel des c√ģmes. Alors dans le Parc Naturel de Somiedo, je suis mont√© √† la rencontre de ces fameuses "Caba√Īas" ou cabanes de transhumance vieilles de plusieurs si√®cles d√©sormais class√©es et restaur√©es. Deux voire trois heures de marche, toujours en grimpant s'imposent pour m√©riter le panorama. Le sentier est scabreux mais le jeu en vaut la chandelle. A Bra√Īa de Mumian, apr√®s un ultime effort, le spectacle √©tait au rendez-vous. Sur une pente douce, de modestes murets de pierres associ√©s aux petites chaumi√®res des bergers d√©coraient la montagne. Etrangement seul sur le site, je me suis extasi√©. D'autres spectaculaires paysages sont √† ne pas manquer comme le Lac de la Ercina perch√© au sommet d'une route sinueuse. Sur ses bords, de rustiques moutons paissent entre les touffes d'ajonc. Ici o√Ļ l√† au gr√© des sierras, il n'est pas impossible d'observer le cheval sauvage asturien (Asturcon caballus) mais l'approcher pour le photographier n'est pas ais√©. Quand on se risque √† √©crire ne serait-ce que quelques lignes sur les Asturies, ne pas √©voquer le "Cidre" rel√®verait du sacril√®ge. En effet, ce breuvage est dans ce pays une v√©ritable institution. A Nava, une visite s'impose √† la "Fundacion de la Sidra" o√Ļ tout est remarquablement expliqu√© de la pomme √† la d√©gustation. Force est de constater que partout, les asturiens savourent leur cidre aux terrasses des bars et restaurants.

84 Photos