Champignons

Champignons

CĂšpes et bolets

Ces champignons Ă  tubes figurent parmi les plus convoitĂ©s. Ils se savourent plusieurs fois, lors de la recherche dans les sous-bois mais aussi en les cuisinant et surtout en les dĂ©gustant. La famille des bolets compte de bons voire d’excellents comestibles. D’aucuns considĂšrent le cĂšpe de Bordeaux comme le meilleur : le « Roi » des champignons. D’autres se rĂ©galent du cĂšpe des pins, du « TĂȘte de nĂšgre » ou se dĂ©lectent du cĂšpe d’étĂ©. Pour ma part, avant de les dĂ©guster, je ne me lasse pas de les photographier.

54 Photos

Amanites, Cortinaires, Lactaires et Russules

D'emblée lorsqu'il s'agit d'évoquer les amanites, il convient d'insister sur la dangerosité de cette famille. En effet celle-ci contient le plus toxique des champignons, la mortelle Amanite phalloïde. En revanche la trÚs savoureuse Amanite des césars appartient aussi à cette famille. L'Amanite rougissante ou Golmotte est également comestible mais il vaut mieux éviter de la cueillir si l'on est pas franchement connaisseur. L'ordre des Cortinaires reste réservé aux mycologues et autres mycophotographes dont je fais modestement partie. En effet, si le genre Cortinarius compte plusieurs centaines d'espÚces en Europe, celles-ci sont toutes toxiques voire mortelles. Les Russules et Lactaires sont des champignons abondants et répandus. Presque toujours associées aux racines d'un arbre spécifique, les Russules comptent parmi les hÎtes les plus colorés de nos bois. Les Lactaires sont plus discrets mais bien caractérisés par leur capacité à exsuder un latex (ou lait) à la cassure. Si ces deux genres sont généralement peu vénéneux, la plupart des espÚces ont un goût trop poivré pour faire partie des consommables recherchés par les amateurs occidentaux. Toutefois, je m'en voudrais de ne pas citer le fameux Palomet ou Russule verdoyante qui est à mon goût, un des meilleurs champignons à cuisiner en fricassée.

72 Photos

Agarics, LĂ©piotes, Clitocybes, Collybies et Marasmes

Le groupe des Agarics ou psalliotes est populaire car le fameux rosĂ© des prĂ©s ou agaric champĂȘtre y figure. C'est un des rares saprophytes qui comme le champignon de Paris peut se consommer cru ou cuit. Lors de mes quĂȘtes forestiĂšres, j'ajoute bien volontiers Ă  mon panier l'agaric sylvatique ou rosĂ© des forĂȘts qui sait apporter sa petite touche Ă  une bonne fricassĂ©e. La dĂ©licieuse coulemelle appartient Ă  la famille des LĂ©piotes. Les amateurs de champignons doivent s'abstenir de rĂ©colter toutes les petites espĂšces de ce groupe car chaque annĂ©e, les mortelles lĂ©piotes brunes font malheureusement plusieurs victimes. Une soixantaine d'espĂšces de clitocybes croissent chaque annĂ©e dans nos rĂ©gions. Il en est un de nĂ©buleux, un autre anisĂ© aisĂ©ment reconnaissable au joli bleu de son chapeau et Ă  sa forte odeur de pastis. Ce dernier est comestible mais s'attachera Ă  embaumer votre mĂ©lange poĂȘlĂ© de son seul parfum. Les mycologues associent bien volontiers les Collybies aux Marasmes. Hormis le dĂ©licat mousseron d'automne nommĂ© aussi marasme des OrĂ©ades, il conviendra de laisser toutes les autres espĂšces vivre leur bien Ă©phĂ©mĂšre existence sur place.

61 Photos

Autres Champignons

L'arbre du rĂšgne fongique est immense et complexe. Dans le souci de ne pas multiplier les paragraphes, il m'a semblĂ© prĂ©fĂ©rable de prĂ©senter pĂȘle-mĂȘle toutes les espĂšces non encore illustrĂ©es dans les galeries "Champignons" dĂ©jĂ  traitĂ©es. Dans la division BASIDIOMYCOTA, impossible de ne pas citer les bons voire excellents comestibles que sont l'oreille de judas, le pied-de-mouton, les chanterelles dont la dĂ©licieuse girolle sans oublier la trompette des morts dĂ©nommĂ©e ainsi parce qu'elle pousse en nombre Ă  la Toussaint mais encore le pleurote corne d'abondance. Les hygrophores de couleurs vives font le bonheur de tous les promeneurs qui se contenteront de les contempler car il sont sans intĂ©rĂȘt culinaire. Ceux-ci sont gĂ©nĂ©ralement jaunes ou dans les tons rouges. A mes yeux, l'hygrophore perroquet ubiquiste Ă  souhait est le plus beau car il est harmonieusement bariolĂ© de vert, orange et jaune. Le clitocybe ou laccaire amĂ©thyste permettra toujours d'apporter sa touche carminĂ©e Ă  une maigre rĂ©colte car il est courant et agrĂ©able au palais. En revanche, on se mĂ©fiera des tricholomes dorĂ©s qui seraient suspects alors que certains ouvrages le dĂ©crivent comme bon Ă  consommer. Le tricholome terreux ou petit-gris est un trĂšs bon comestible tout comme le mousseron de la Saint Georges qui Ă©merge au printemps...Dans la sub-division ASCOMYCOTINA figurent entre autres, les pĂ©zizes, les helvelles et les succulentes morilles...En Bretagne, nous n'avons qu'une seule morchellacĂ©e, la morille des dunes (Morchella dunensis). Celle-ci croĂźt en petit nombre dĂšs le mois d'avril sur les dunes de Quiberon. Compte tenu de sa raretĂ© et de la difficultĂ© qu'il y aurait Ă  en extraire les grains de sable, il conviendra de la laisser vivre sa courte existence sur la dune fixĂ©e. Enfin, j'invite les gourmets et fĂ©rus de Tuberales Ă  visiter l'album "Truffe" qui avec son cavage au cochon ou Ă  la mouche fait bonne figure dans ma photothĂšque.

148 Photos