Vénézuela

Vénézuela – LLanos

Vénézuela - à la découverte des LLanos

Bienvenue en Amérique du sud où entre versants des Andes et delta de l'Orénoque, les LLanos déploient plus de 500.000 km2 de marais plats entre Colombie et Vénézuela. Rivières et chenaux y déroulent leurs cours de lacs en lagunes entre immenses savanes et forêts riveraines. Imaginez-vous dans un biotope grand comme la moitié de la France où évoluent les LLaneros. Ces rudes cow-boys de l'extrême toujours armés et peu abordables, mènent sans relâche leurs troupeaux de zébus tout autour de chaque ranch dont la superficie est en moyenne bien supérieure à celle de notre Camargue française. La vie sauvage est ici d'une éblouissante diversité. Que de couleurs et quelle richesse!!! Pas moins de 400 espèces d'oiseaux, autant de poissons, 50 mammifères, 100 batraciens et reptiles y évoluent entre saison sèche et saison des pluies... Aller à leur rencontre n'est pas simple car il faut toujours composer avec la chaleur moite associée à de soudaines précipitations. Alors quand cela est possible, le cheval, le véhicule tout-terrain ou la pirogue restent indispensables pour découvrir les grands espaces. J'ai choisi d'éviter les confortables mais fades et onéreux "Safaris photos" organisés par les agences de voyage "spécialisées". Je me suis envolé pour Caracas avec un collègue familier de la station biologique "El Frio". Une fois débarqué dans la capitale vénézuélienne, puis après une journée et une nuit interminables passées dans plusieurs autocars bondés et bringuebalants, le trajet achevé d'une ultime marche à pied finit par toucher à son terme. Ouf!.. Une fois effectués les précieux repérages, il me fallait souvent sortir de nuit puis marcher plusieurs kilomètres chargé de 25 kg de matériel. En effet je n'avais de cesse que d'immortaliser dans la délicate lumière matinale, les plus beaux gros rongeurs du monde que sont les capybaras ou cabiaïs mais aussi les chevaux sauvages, le splendide ibis rouge ou l'anaconda parmi bien d'autres animaux extraordinaires. Pour mettre un maximum de chances de mon côté, la seule solution qui s'imposait à moi était d'investir avant le lever du jour mes propres postes d'affût préalablement érigés et bien planqués dans les buissons où ma présence avait des chances d'échapper à tous les regards, fussent-ils méfiants à l'extrême. Certes, j'ai imprudemment contourné de trop près voire enjambé des caïmans pourtant si repérables à leurs yeux fluorescents dans la nuit finissante qui laissait poindre la plus belle des aurores. Difficile en quelques mots de décrire l'ambiance ouatée du petit matin vénézuélien lorsque ces grands arbres tropicaux que sont les apamates déploient leurs immenses manteaux de fleurs roses. Les singes hurleurs qui les habitent n'y sont pas avares de leurs sonores clameurs gutturales presque angoissantes. Force est d'avouer qu'aujourd'hui j'aurais bien du mal à renouveler ce genre d'audace. Cela dit, les "chouettes" images se méritent, alors voici quelques uns de mes regards posés sur les LLanos.

93 Photos